Situation géographique et population

Située dans la magnifique région touristique de Charlevoix, la municipalité des Éboulements s’étend entre le fleuve Saint‑Laurent et les montagnes de la chaîne des Laurentides.  Elle s’est établie sur le territoire du cratère météoritique de Charlevoix (datant de 350 millions d’années) dont le point centre est le Mont des Éboulements, culminant à plus de 768 mètres d’altitude.  On peut observer des paysages spectaculaires à travers la route du Fleuve (route 362) qui le traverse.  Les rangs moins connus mais tous aussi pittoresques que sont les rangs Sainte-Marie, Saint-Antoine, Saint-Nicolas vers la muraille des Laurentides et les secteurs de Cap-aux-Oies et de Saint-Joseph-de-la-Rive qui donnent accès au Fleuve, valent le détour.

Pour visiter notre coin de pays, vous devez parcourir une distance de plus ou moins 110 km de Québec et de 368 km de Montréal.  Entre Baie-Saint‑Paul et Saint‑Irénée, la municipalité occupe un territoire de 156,6 km2

Le nom « Les Éboulements » prend son origine dans le fait qu’un important séisme, évalué à une magnitude de 7 sur l’échelle Richter, survenu le 5 février 1663, provoqua l’éboulement d’une petite montagne et son affaissement dans le fleuve Saint-Laurent, créant la pointe actuelle où se trouve le quai de Saint-Joseph-de-la-Rive.

Un microclimat (chaleur et vents faibles) caractérise le plateau (secteur Éboulements‑Centre) et le secteur de  Saint‑Joseph‑de‑la‑Rive.  Par contre, le secteur des Éboulements est souvent balayé par des vents violents particulièrement sur la route du Fleuve autrefois surnommée « Misère » à cause des lames de neige que créent les forts vents d’hiver.

La nature y est diversifiée à cause des différences de dénivellation : forêt boréale sur les hauteurs, forêt mixte vers le bas, marais salin près du fleuve.  Une faune et une flore variées sont présentes, de même qu’une diversité appréciable d’espèces d’oiseaux.

Population

Le premier village s’est d’abord érigé sur le bord du Fleuve, dans le secteur de Saint-Joseph‑de‑la‑Rive, autrefois appelé Les Éboulements d’en bas.   L’agriculture étant nécessaire à la subsistance des villageois, les habitations se sont ensuite étendues sur le haut de la côte où les terres étaient cultivables.  Saint‑Joseph‑de‑la‑Rive est devenue une municipalité distincte en 1931 et a été fusionnée à la municipalité des Éboulements en 2001. C’est pourquoi la municipalité des Éboulements se compose maintenant de deux noyaux villageois.  Ces deux magnifiques secteurs se complètent dans leur vocation agricole, forestière, maritime, de villégiature et touristique. 

La population actuelle est de 1331 habitants (décret de janvier 2016), quant aux villégiateurs, on les estime à environ 500 personnes.  Bien que l’agriculture occupe une place importante dans la municipalité, soit +/- 40% de son territoire, les entreprises à caractère touristique s’y sont fortement développées.

Évolution démographique
1996 2001 2006

2011

2016
1 013 1 027 1 264 1 328 1 331

(Sources : Recensement du Canada)

Par la richesse de ses paysages, de son histoire et de son patrimoine bâti, elle fait partie de l’Association des plus beaux villages du Québec. www.beauxvillages.qc.ca